Agapè est fait pour aider chacun à trouver réponses à tous ses «pourquoi ».

Et il n’en manque pas !

N’est-il pas étonnant que notre monde leur donne si peu de réponses : techniciens et scientifiques répondent plus souvent aux « comment ? » qu’aux « pourquoi ?».

Sans doute est-ce plus facile.

Mais n’est-ce pas dramatique ? Nous avons tellement besoin de raisons d’être :

  • Pourquoi le monde ?
  • Pourquoi est-ce toujours à moi que “ça” arrive ?
  • Pourquoi ai-je besoin de savoir pourquoi ?
  • Pourquoi l’amour , pourquoi la haine ?
  • Pourquoi ne suis-je pas libre ?

 

Ces questions, nous ne sommes pas les seuls à nous les poser. Elles existent depuis que l’homme existe. Il n’a jamais cessé de s’interroger sur son être et  sa destinée.

En cherchant les réponses au fond de lui-même, l’homme s’est ainsi fabriqué des « systèmes », des « sagesses », des mythes et des idéologies.

Avec plus ou moins de bonheur, chacun se fait « son opinion ». Aujourd’hui, en Occident, les sceptiques ont le plus de succès :

  • les échecs  des promesses de lendemains qui chantent,
  • les erreurs et les fautes de ceux  qu’on nous donnait  en exemple,
  • les excès des intégristes et le succès des menteurs,
  • la remise en cause écologique des progrès techniques …

… tout cela nous pousse à conclure que, finalement … la seule chose certaine est que rien n’est certain : tout est si compliqué !

Et nous voilà sans boussole au milieu d’un monde dominé par la technologie, les paradis artificiels, la course à l’argent, aux satisfactions éphémères, avec, à la clé, le retour en force de la loi du plus fort qui n’est qu’une nouvelle forme de fascisme, source de souffrance et d’injustice.

Alors, c’est ça, la vie ? une grande désillusion ?

Comment se fait-il alors qu’il y ait en nous tant de désirs : de bonheur, de beauté, de vérité, de sécurité, de tendresse, de confiance, d’amour… ? Si nous en avons une idée, comment n’existeraient-elles pas autrement que comme des nostalgies ?

Nous savons bien qu’il est possible de connaître de telles réalités, au moins pour un temps, avec certaines personnes, dans certaines circonstances… Ces gens qui nous grandissent, nous élèvent et nous apaisent. Pourquoi ne serait-ce pas généralisable : c’est si bon ! ?

Eh bien, soyons rassurés : cette nostalgie de paradis disparaîtra. Elle sera remplacée par le Paradis lui-même. Ce sera LE jour du triomphe final du Christ sur toutes les forces du mal qui empêchent l’humanité de connaître aujourd’hui le bonheur parfait.

C’EST DIEU QUI NOUS L’A PROMIS.
et Dieu tient toujours ses promesses.
Sinon, il ne serait pas Dieu.