Une réunion est comparable à un repas la nourriture est la Parole de Dieu.

Un repas se passe dans un lieu, avec des invitants, des invités, des ingrédients, des couverts et un menu, des échanges dans un esprit commun où

l’amitié est au service de la
charité fraternelle qui génère la
joie de manger les uns avec les autres.

Icône d'Agapè

  • Le lieu : l’important est qu’il soit calme et accueillant, avec si possible, l’icône d’Agapè éclairée par un cierge qu’on n’allume qu’au moment où débute la réunion. (symboles)
  • L’invitant : c’est ce couple indissoluble formé par le Christ et son Église, manifestés par les “aînés” qui ont la charge d’animer, de canaliser, de faire dire, de faire découvrir, de dire ce que dit l’Église, d’être attentif à tous et à chacun.
  • Les invités : – entre 3 et 12 participants. Au delà, les échanges sont plus difficiles. Autant que possible, éviter les trop grandes disparités entre les participants, notamment en termes de maturité (âge, culture) et d’états de vie.
  • Les ingrédients : contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne se résument pas au seul texte qui sera étudié au cours de la réunion. Il s’y ajoute, pour le mettre en valeur, les sel, poivre, épices de toutes sortes qu’apporteront chaque invité par sa façon de comprendre ce texte et des accompagnements que sont les commentaires de la « Feuille de Repères » dont les aînés disposent pour préparer leur réunion. Ainsi sort-on d’une réunion fortement nourris. La quinzaine qui suit ne sera pas de trop pour « digérer » ce repas.Bible en réunion
  • Les couverts et le menu : c’est le cadre de la méthode d’Agapè.
    Elle situe toujours la réunion entre deux temps de prière (pas de ces prières où le cœur n’y est pas, s’il vous plaît), le premier pour se mettre en disponibilité à l’Esprit-Saint (La Vierge Marie fait ça très bien quand on le lui demande), le second pour rendre grâce de tout ce qu’on a reçu pendant la réunion.
    Entre ces deux temps de prière,

    • il y a la lecture du texte,
    • suivie d’un temps de travail personnel et silencieux (10 minutes chrono).
    • Ensuite vient le temps de l’écoute mutuelle où chacun livre aux autres le fruit de ses réflexions et ses questions
      (là les aînés doivent “férocement” interdire toute réaction à chaud : on respecte celui ou celle qui parle, même si on n’est pas d’accord).
    • Après vient le débat, animé par les aînés : ceux-ci vont reprendre ce qui a été dit par chacun, le confronter aux autres, débusquer les contre-sens, redresser les faux-sens,  faire découvrir les approfondissements doctrinaux et spirituels qu’on peut en tirer, dire ce que l’Église en dit et pourquoi elle le dit, voir les conséquences pratiques de toutes ces découvertes.

La « Feuille de Repères », qui anticipe déjà  très souvent sur les découvertes faites par le groupe, aide les aînés dans leur tâche.

Tout s’est passé en un maximum de deux heures.

Et l’on se quitte pour se revoir dans quinze jours … !